Entretien avec Thomas Facchinetti

22 Mars

Entretien avec Thomas Facchinetti, Président de la Ville de Neuchâtel,

Réalisé par Daniel Snevajs (Libraire. Membre du Forum tous-différents-tous égaux (« FTDTE ») -Février 2022

Daniel Snevajs :

Monsieur Facchinetti merci de nous recevoir et de répondre à notre interview. La 27e édition de la SACR va bientôt avoir lieu. Dans cet objectif, en ma qualité de libraire et de membre du FTDTE je suis curieux de savoir si vous êtes un lecteur?

Thomas Facchinetti :

Alors oui je suis entouré de montagnes de livres qui sont autant de repères absolument précieux et je ne pourrais pas vivre sans livres. Dès qu'une question, un sujet s'impose à moi, je fais des recherches. Les livres sont en relation avec mes interrogations. Je me plonge dans les livres de toutes sortes, des livres scientifiques, de littérature, tout ce qui peut alimenter ma réflexion, ma pensée, mon imaginaire.

 

DS:

Quel est ou quels sont les livres en rapport avec les thématiques de la SACR qui vont ont marqué dans votre enfance ou plus tard dans votre vie d'adulte ?

T. F. :

Beaucoup de livres m'ont marqué et ils continuent de me marquer. Sous l'angle des thématiques de la SACR je me souviens d'une conférence à la bibliothèque Pestalozzi à laquelle j'ai assisté, à l'âge de 8 ou 9 ans, donné par un descendant de chef indien d’Amérique du nord. Fasciné par l'univers des cow-boys et des indiens depuis ma prime enfance, j'ai été saisi par la gravité des propos du conférencier à des années-lumière de ce que je m'étais représenté dans les livres, les bandes-dessinées et les films. Il était question de discriminations, de mise à l'écart d'un peuple, de massacres. Cela m'avait vraiment marqué et depuis lors j'ai pris conscience d'une autre réalité possible. Une conférence qui a posé pour moi un avant et un après, un moment charnière de mon enfance qui m'a amené à lire plus tard des livres proposés par la bibliothèque Pestalozzi sur le sujet des indiens avec un autre regard sur l'histoire douloureuse de ce peuple.

 

D'autres livres m'ont marqué plus tard dans ma vie, je vous les cite dans le désordre : celui de Max Weber « Économie et société dans l'antiquité » Max Weber démontrant comment l'esclavage était parti intégrante du système économique de l'époque des sociétés antiques. Cette thèse m'avait vraiment marqué.

 

Un autre livre m'a également beaucoup frappé « Chien blanc » de Romain Gary, qu'un ami m'a conseillé récemment en lien avec le mouvement « Black Lives Matter ».  Ou comment la police américaine dressait des chiens pour qu'ils attaquent spécifiquement les citoyens américains de couleur noire lors des manifestations qui ont suivis l'assassinat de Martin Luther King.

 

Un autre livre me vient à l'esprit, celui de Lilian Thuram « Mes étoiles noires ». Pour moi ce livre a été la prise de conscience de toutes ces personnes noires qui sont venues en Europe, qui ont contribué à son rayonnement mais qui ont été « blanchies » ou oubliés par l'histoire.

 

Je pense aussi au livre de Primo Levi « Si c'est un homme » une lecture intense puisque je l'ai lu après la visite du camp d'Auschwitz qui est en soit une expérience très très saisissante.

 

Ces quelques exemples de livres qui reflètent mes observations, mes engagements, mes centres d’intérêts et comment la littérature participe de manière forte à nourrir et féconder ma pensée, ma créativité et à me donner des éclairages. Et j'ajoute que je suis très heureux de constater comment la « SACR » et le « Forum Tous Différents Tous Égaux » existent encore et dont les actions se poursuivent aujourd'hui, après avoir participé à la naissance en 1995 de ces deux institutions.

 

DS : Selon vous qu'est-ce que la pandémie et le confinement ont mis en perspective par rapport à notre pratique des biens culturels et en particulier des livres et de la lecture ?

 

T. F. : Le rapport aux livres et à la lecture est un rapport de relations, pas seulement un rapport entre moi, le livre et la connaissance mais une relation plus large qui me met en relation avec les autres. Cette relation avec les autres a été très largement perturbée et même si plus de temps a pu être consacré à la lecture, au fond il a manqué de partage, de partage direct de nos lectures, de mise en mouvements, d'interrogations que l'on peut partager. Une expérience paradoxale qui a révélée l'importance du livre comme lien social, un lien social qui a été tronqué.

 

DS : Merci Monsieur Facchinetti pour cet entretien.

 

 

 

 

Livres recommandés :

 

Max Weber : Économie et société dans l'antiquité (Parution en allemand en 1909) (Ed. La Découverte)

Précédé de la célèbre étude sur Les Causes sociales du déclin de la civilisation antique, ce texte fondamental de la sociologie historique de Max Weber est, pour la première fois, accessible au public français. À partir d'une étude des structures agraires des sociétés antiques, Max Weber, juriste, économiste et sociologue, entreprend une véritable histoire économique et sociale de l'Antiquité incluant la Mésopotamie, l'Égypte, Israël, la Grèce préclassique et classique, la période hellénistique, la Rome des commencements jusqu'à la pleine expansion de l'Empire. Dans ce texte passionnant, écrit en 1907-1908 pour une prestigieuse encyclopédie d'économie politique, Weber étudie en particulier la naissance de la "rationalité économique" à travers les évolutions comparées du régime de la propriété, du rôle de l'esclavage et de l'accumulation du capital dans les sociétés anciennes. Cette analyse socio-historique est guidée par une théorie économique des États antiques pour laquelle Weber développe les typologies et les concepts adéquats. L'histoire agraire de l'Antiquité le conduit vers une étude de l'organisation urbaine des sociétés anciennes et annonce l'intérêt grandissant de Weber pour la naissance de la bourgeoisie moderne, thème qu'il développera dans La Ville, Économie et société, Éthique économique des grandes religions et dans le cours d'histoire économique qu'il professera à la fin de sa vie. Dans l'œuvre de Max Weber, une telle synthèse historique est unique, et aucune étude comparable de l'économie antique n'a été écrite depuis. Ce classique des sciences sociales fera découvrir aussi bien aux historiens antiquisants ou non qu'aux économistes et aux sociologues une dimension souvent méconnue du travail du grand sociologue allemand. L'introduction de Hinnerk Bruhns, écrite pour cette édition française de « Économie et Société dans l'Antiquité », retrace les liens entre l'histoire ancienne et l'économie politique dans l'œuvre de Weber.

https://www.payot.ch/Detail/economie_et_societe_dans_lantiquite_precede_de_les_causes_sociales_du_declin_de_la_civilisation_antique-max_weber-9782707134639?cId=0

 

 

Romain Gary : (1970) (Ed. Gallimard) 

https://www.payot.ch/Detail/chien_blanc-romain_gary-9782070360505?cId=0

Lilian Thuram : Mes étoiles noires (2011) (Ed. Points)

Saviez-vous que le Grec Ésope, inspirateur des fables de La Fontaine, était d'origine africaine ? Que la première déclaration des droits de l'homme a été théorisée au Mali un demi-siècle avant la nôtre ? Que le Noir Matthew Henson fut le premier conquérant du pôle Nord ? Cet ouvrage présente 40 personnalités noires qui ont marqué l'Histoire, autant que la vie de l’auteur, Lilian Thuram. Un appel à la tolérance et un enrichissement de l’imaginaire collectif.

https://www.payot.ch/Detail/mes_etoiles_noires-lilian_thuram__bernard_fillaire-9782757820322

 

Primo Levi : Si c’est un homme (1947. Date de parution en France : 1987) (Ed. Livre de Poche) 

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce. C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité. » Angelo Rinaldi « Ce volume est aussi important que la Bible. Un Livre fonda une religion humaniste il y a des millénaires. Un autre Livre raconte la fin de l'humanité au XXe siècle. » Frédéric Beigbeder

https://www.payot.ch/Detail/si_cest_un_homme-primo_levi_-9782266022507

Hello,
Inscrivez-vous et recevez directement nos actualités, nos événement et programmes.